Info CBD

Le Cannabis                                                                                                                           

Notre époque est orientée vers la chimie ; nous avons tendance à placer notre confiance dans les médicaments brevetés plutôt que dans la nature elle-même, oubliant que la plupart des médicaments actuels sont dérivés de plantes.

En dix mille ans d’utilisation, le cannabis n’a jamais tué personne – ce qui n’a pas empêché les conventions internationales de le considérer comme un « dangereux stupéfiant ».

Contrairement aux autres plantes à drogues, le cannabis ne contient pas d’alcaloïdes. Les alcaloïdes sont toxiques ; à haute dose, ils sont mortels. (Exemple : la morphine isolée dans l’opium ou la plante de coca servant à la fabrication de la cocaïne).

 

Le CBD

Le cannabidiol, plus connu sous le nom « CBD » est l’un des 80 cannabinoïdes (env.) contenu dans le cannabis. Le cannabis contient près de cinq cent composants identifiés à ce jour, dont soixante-six ne se trouvent nulle part ailleurs – raison pour laquelle ils portent le nom de « cannabinoïdes ».

Après le THC (ou delta-9-tétrahydrocanabiniol), principal constituant actif du cannabis, le CBD est, en terme de concentration, le deuxième cannabinoïde le plus présent dans cette plante.

De plus, contrairement au THC, le CBD est dépourvu d’activité psychotrope et agit en synergie avec le THC (tout comme le cannabinol « CBN » et le cannabigérol, « CBG »).

 

Les différentes façons d’absorber le cannabis

Les « fleurs », ou « têtes », situées sur les pieds femelles du chanvre, sont des touffes plus ou moins denses, de couleur vert pâle, où se concentre le THC, son premier principe actif. Voici quelques façons d’absorber le cannabis.

 Le joint

Un fragment de fleur de cannabis est prélevé, il est ensuite émietté à l’aide du « grinder » ou à l’aide des doigts. Il est finalement roulé en une cigarette, que l’on appelle le plus souvent : un joint.

 

Le vaporisateur

Toutes les fumées – y compris celle du feu de bois – contiennent de nombreux composés irritants ou toxiques pour les poumons : c’est pourquoi différents modes d’absorption alternatifs – dont les vaporisateurs – sont en train de s’imposer.

Le vaporisateur permet de chauffer la matière végétale à une température optimale de 178°C (elle ne doit pas descendre en dessous de 130°C ni monter au-dessus de 225°C). À cette température il n’y a pas de combustion, donc pas de dégagement de fumée, donc pas de goudrons toxiques. Au lieu de brûler, les principes actifs sont « vaporisés », c’est-à-dire transformés en un aérosol inhalable.

Le cannabis est préparé comme pour un joint : il est émietté afin d’être placé dans le réceptacle du vaporisateur.

 

Le bhang

La plus ancienne façon d’absorber les principes actifs du cannabis consiste à en faire une boisson rituelle, le bhang. Absorbé depuis des temps immémoriaux par les fidèles du culte de Shiva, le bhang est encore préparé en Inde aujourd’hui.

On commence par prélever une fraction de tête de chanvre frais sur une plante sur pied (comme on prendrait un peu de persil ou d’estragon dans le jardin) ; on la place dans un mortier avec quelques graines de cardamome, où le tout est soigneuseusement écrasé.  La pâte qui en résulte est diluée avec un ou deux verres de lait frais entier. Dans sa version moderne, le bhang peut être préparé dans un mixeur.

 

La tisane

Certaines personnes choisissent d’absorber leur cannabis sous forme de tisane. À la Jamaïque, où la « ganja » (selon l’appellation locale) est considérée comme une herbe sainte par les Rastafariens, les mères de famille l’utilisent fréquemment pour préparer une tisane.

La composition en principes actifs de la tisane de cannabis, encore mal étudiée, est particulière : c’est peut-être cette composition particulière qui explique sa relative popularité auprès d’un certain nombre de consommateur, en dépit de son faible contenu en THC.

Elle se prépare en faisant bouillir 1 gramme de cannabis préalablement séché (soit une petite cuillère à café) dans un 0,50 litre d’eau, pendant un quart d’heure.

La tisane doit être absorbée rapidement car, même réfrigérée, elle a déjà perdu près de la moitié de ses principes actifs au bout de vingt-quatre heures.

 

Le bong

C’est une sorte de pipe à eau avec une chambre où la fumée s’accumule, permettant à l’utilisateur d’inhaler une fumée concentrée, à effets plus rapides. Des cubes de glace sont parfois ajoutés à l’eau pour maximiser l’effet refroidissant.